Cedric à l'Ultra Raid de la Meije

Publié le 29 Septembre 2017

URLM 2017 : Récit de course
5ème scratch et 3ème catégorie 30-39 ans parcours Elite.
La course en détail :
L’Ultra Raid De La Meije, l’épreuve longue distance de vélo de montagne, se déroule du côté de la Grave, dans les Hautes Alpes. Le parcours se situe en haute montagne, en se retrouvant la grande majorité du temps au-dessus de 2000 mètres d’altitude. Cette épreuve est définie comme le raid vtt le plus beau d’Europe, et probablement, aussi, un des plus dure. C’est ma 5ème participation (2 fois en 2 jours et 3 fois en élite) et, c’est mon objectif de l’année.
Après une bonne nuit passée au gite du pas de l’âne (que je recommande par ailleurs) en présence d’un pote, Stéphane cousin, qui cours le lendemain, nous nous plaçons su la ligne de Départ un peu avant 6h00 en compagnie d’un autre collègue très sportif, Adrien Abry. Mon numéro de dossard me permettant de partir dans le sas des prioritaires, je m’aperçois qu’il y a quelques clients au départ, un top 10 sera déjà bien.
Il Fait froid, mais c’est supportable, je pars en cuissard court, avec une veste windstopper et des gants long. Bien entendu, avec de l’éclairage et un gilet réfléchissant étant donné que le départ s’effectue de nuit.
6h00 pile, les fauves sont lâchés, comme d’habitude, ça part à bloc comme si on allait faire que 30 bornes. Je m’accroche car je sais que les premières ascensions sont raides, forçant pas mal de monde à les effectuer à pied, je ne veux pas être ralenti.
Environ 6km, et nous sommes au col du Lautaret, une petite descente pour attaquer la longue ascension du col du Galibier 800m de D+ en 7 km en finissant par un portage plutôt costaud.
Nous voilà dans la descente bien au nord, avec des températures qui ont quelque peu rendu le terrain glissant, mais rien d’insurmontable, mes gourdes sont gelées, je ne peux même pas boire comme je veux.
Et c’est reparti pour le second effet kiss-cool, la longue montée du col de la Ponsonnière, en passant par Plan-lachat, direction le camp des Rochilles, et par le très beau lac des Cerces.
Suivi d’une descente plutôt technique en direction de l’Alpe du Lauzet, je ne prends pas de risque la route est encore longue. S’en suis du magnifique chemin du roi, pour retourner sur le col du Lautaret.
Cette année, petite modification, l’organisation nous a concocté une petite surprise en passant dans un vieux tunnel EDF long de 3 km. Il fait nuit noire et ma pauvre petite frontal me permet de voir que 2 petits mètres devant moi, je ne fais pas le fou.
Quelques montées et kilomètres plus loin, je passe devant le gite au pied du col, mon GPS m’a comptabilisé 60 km, la moitié et faite les jambes répondent encore bien, mais il faut rester prudent, je sais qu’il reste encore pas mal de difficultés. Entre autre, la montée du lac du pontet, suivi de quelques chemins vallonnés pour rejoindre Ventelon, bifurcation et échappatoire pour effectuer le 70km. La question ne se pose même pas, je continu ma progression en prenant le temps au ravito de remplir mes gourdes, de poser quelques affaires et un concurrent me rejoint (Alexis Lloret avec qui je ferais le yoyo jusqu'à l’arrivée).
Nous voilà dans le vallon de la Buffe, une petite modification de parcours par rapport aux années précédentes et en prime, un mollet croqué par un chien (heureusement ce n’était pas un patou), rien
de grave je continu ma route. La montée est dure, et je peux m’apercevoir en regardant plus bas que j’ai fait le trou sur mon poursuivant.
Me voilà au chalet Josserand, bifurque ou pas du 100 km, j’ai 90 bornes dans les pattes, les grosses difficultés sont derrière, je sais que j’ai un peu d’avance je me lance dans la descente de Besse sans trop me poser de question.
A peine descendu qu’il faut remonter, 8 km avec 700 m de D+, c’est roulant mais avec la fatigue accumulée, la difficulté est bien présente. Cette piste très dégagée offre la possibilité de voir les autres concurrents, devant ou derrière, chose que je ne me prive pas de faire. Personne devant, et d’après mes calculs, mon poursuivant est à environ 9 minutes et un second à 14 minutes, ça va le faire…
Dernier ravito, on m’annonce 5ème sur le grand parcours, je suis surmotivé, peut-être qu’une petite place sur le podium par catégories m’attend. Il ne faut pas s’enflammer, même si j’ai pas mal d’avance et que le parcours est presque fini, il reste tout de même le tour des lacs (noir et Léré) à effectuer et quelques descentes bien techniques et engagées pour rejoindre la Grave.
Et là, tout se complique, j’arrive au col du souchet, le signaleur m’indique d’aller tout droit. Bizarre, normalement on part à droite, je lui soumets, mais il insiste, c’est tout droit, et il faut aller au lac noir.
1 km plus loin, croisement de chemin, une flèche à l’arrière d’un poteau, et un fanion un peu plus haut, je m’aperçois assez facilement que l’on est à sens inverse. Je suis survolté, je repars comme une furie en direction du col, j’appel de loin le signaleur qui me crie en faisant les gestes de continuer tout droit.
De retour à l’intersection, je croise un coureur qui redescend en me disant au vol qu’il a fait la même erreur que moi, qu’il est monté jusqu’au lac noir, et il poursuit son chemin.
Je décide donc d’en faire de même, je monte par ou on est sensé descendre, je passe le lac Léré et poursuit en direction du lac noir, j’en fais le tour, et reprend ma route.
A ce moment-là, je croise Alexis Lloret, suivi de Sebastien Welter et de deux autre concurrent qui sont sur le 100. Je me lance dans la descente, suivi de Alexis, passe le Chazelet et continue jusqu’à la Grave en enchainant les difficultés techniques.
11H36 mins et quelques secondes, c’est le temps qu’il me faudra pour couper la ligne d’arrivée.
Le spiker m’annonce 6ème. Je comprends très vite qu’une personne à shunté la boucle des lacs au moment où je la faisais, car personne ne m’a doublé. Double penne, je me retrouve 4eme de ma catégorie. Alexis arrivera quelques minutes plus tard.
J’en parle au organisateur qui m’avoue un problème d’aiguillage suite à un dé-balisage, et que le classement restera certainement comme cela.
Je suis un peu déçu, le podium me passe sous le nez alors que pour moi, aucune ambigüité, normalement je suis 5ème scratch et 3eme de la catégorie 30-39 ans.
19h, c’est l’heure des podiums, je reste pour tenter d’avoir une explication rationnelle de la personne qui a pris ma place, mais à l’appel de son nom, personne ne se présente.
Je rentrerai donc chez moi avec une grosse amertume…
Lundi matin, tout se complique. Je ne suis même pas présent sur les classements, j’en ai la boule au ventre. Il me faut une explication…
Je contact l’organisation, qui me dit ne pas être allé au lac noir. Pourtant si, ma trace GPS publiée sur STRAVA l’atteste, d’ailleurs, sur toutes les traces retrouvées (au nombre de 11 sur le grand parcours) et sur ce même site, seul le gagnant de l’épreuve et moi-même avons fait le tour complet des 2 lacs, mais pas par le même coté. D’autres sont juste montés au lac Léré ou noir, ou ont tout simplement bifurqués sans même y monter.
Peut-être ais je loupé un autre pointage ??? J’ai beau superposer toutes les traces gps, tourner le problème dans tous les sens, les traces sont identiques à l’exception des lacs (mais en ma faveur).
Tout s’éclairci quand à ma place perdue mais je m’interroge sur le classement… Comment l’organisation a-t-elle fait pour classer des personnes qui n’ont pas fait le tour des lacs et qui forcement n’ont pas pu être pointées là-bas alors que j’en ai fait le tour (sans être pointé) et que je n’apparais nul part au même titre qu’eux.
Lundi soir, les résultats ne sont plus visibles depuis le site et l’organisation fait la demande dès le lendemain des traces GPS à tous les coureurs pour tirer les choses au clair.
Maintenant, il faut attendre la publication des classements en espérant que tout rentre dans l’ordre. Certain seront certainement content de retrouver leurs place, d’autres un peu moins en se voyant rétrogradés. Pour ma part, je souhaite juste être à ma place, celle pour laquelle j’ai souffert et transpiré pendant plus de 11h30.
Je suis confiant, j’ai une entière confiance en Jean-Paul Routens, son expérience, son esprit sportif et son sens de l’organisation permettra de rétablir tout cela.
Lundi 25 septembre, le verdict tombe, après analyse minutieuse des traces GPS et contrôle de tous les points de passages, l’organisation me classera 5ème scratch et 3ème de la catégorie 30-39 ans. Je suis soulagé et surtout satisfait que soit rentré dans l’ordre.
Tout cela peu, peut être paraitre excessif, mais croyez-moi, cette épreuve est vraiment très difficile et lorsque l’on a tout donné pendant plus de 11h30 et que l’on ne se retrouve pas à sa place, il y a de quoi être affecté.
Malheureusement, je n’aurai pas eu le plaisir de monter sur le podium, ni même de profiter des cadeaux mais qu’importe, tout est bien qui finit bien.
C’est là que l’on différencie la qualité de l’organisation, c’est de savoir se remettre en question, être à l’écoute, être accessible tout en restant humble, et pour le coup, c’elle de l’URDLM réunie toutes ces qualités.
Je souhaite remercier toutes les personnes qui ont oeuvré au bon déroulement de l’épreuve, en commençant par Jean-Paul Routens qui se démène chaque année pour nous offrir une épreuve hors du commun. A tous les bénévoles pour tout ce temps passé sur le terrain. Vos sourires et encouragements nous rassure et nous donne la force d’avancer. Que vous assuriez la sécurité, nous serviez un soda au ravitaillement ou toutes autres taches propres à la course, cette journée ne pourrait en aucun cas bien se passer sans vous.
Bien entendu, je vous donne rendez-vous le 15 septembre 2018 pour la 8eme édition.
A vous qui me suivez de près ou de loin, simple connaissance, copains, amis, famille, au Chamrousse team cyclosport, vos encouragements me touche énormément et me permettent de me surpasser pour atteindre mes objectifs. Avec une pensée particulière pour David qui malheureusement n’a pas pu y participer cette année.
Encore un grand merci à mes partenaires, Loisirs VTT et Spécialized avec qui l’aventure semblerait continuer l’an prochain. A Jean-Loup et Greg pour votre accueil sincère, vos conseils et encouragements au magazine de Lyon.

Cedric à l'Ultra Raid de la Meije
Cedric à l'Ultra Raid de la Meije
Cedric à l'Ultra Raid de la Meije
Cedric à l'Ultra Raid de la Meije
Cedric à l'Ultra Raid de la Meije
Cedric à l'Ultra Raid de la Meije

Rédigé par Chamrousse Team Cyclosport

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article